Occupation

Les dangers de la surstimulation !

Force est de constater l’augmentation de cas où l’humain se plaint de l’excès d’énergie, de l’hyperactivité, de l’excitabilité de son chien. Cette situation est majoritairement due à la proposition anarchique d’activités stimulantes depuis qu’il est chiot.

De plus en plus d’humains se renseignent (et c’est super) sur l’éducation d’un chien et réalisent qu’un chien a besoin de dépenses physiques et psychiques. Ils réalisent aussi qu’un chien peut s’ennuyer et qu’un jardin n’est pas suffisant à son épanouissement.

Il existe actuellement une multitude de jeux de stimulation intellectuelle, d’activités physiques, mais il faut être prudent, réfléchi, sensé et tenir compte de :

  • l’âge : pour un chiot 5 minutes par mois de vie jusque 1 an – Un chien âgé, faire attention à son état général ;
  • la race : par exemple, un border a besoin de beaucoup de dépense, un chien de chasse aura besoin de beaucoup activité de flair ;
  • la santé : attention à certains soucis spécifiques à la race (dysplasie, respiratoire pour les faces courtes…).

Il en découle qu’en voulant bien faire, l’humain propose à son chien trop de temps d’activité et le surstimule. Comme souvent on a pas appris à voir le moment où il faut stopper et proposer un retour au calme, l’humain se retrouve dans des situations telles que :

  • le chien monte trop en excitation et mord les mains, les vêtements dès qu’on joue avec lui ;
  • le chien propose le jeu à tout moment ;
  • le chien ne se pose pas, bouge tout le temps ;
  • en balade on aura un chien qui tire comme un veau parce que son humain ne marche pas vite assez pour lui, et qui va courir comme un dératé (le chien hein pas l’humain), en faisant des aller-retour incessants sans prendre le temps de fureter, renifler dès qu’il sera lâché.

Que va-t-il se passer ?

On va tomber dans un cercle infernal parce que l’humain va penser que malgré tout cela son chien n’est pas fatigué et va peut-être encore proposer plus et là c’est l’escalade. Le taux de dopamine va être constamment élevé et va un peut agir comme une drogue et dès que ce taux va descendre le chien va être en “manque” et tentera de trouver des solutions pour refaire monter sa dopamine. C’est comme cela qu’on peut arriver à avoir un chien destructeur quand il est seul (il est trop calme son taux de dopamine est trop bas et il va “jouer” avec ce qu’il a sous la patte pour assouvir ce besoin), un chien fugueur, un chien harceleur pour le jeu …. Il pourrait développer également des tocs et des troubles de comportement.

On peut un peu comparer cela à des joggeurs qui courent de plus en plus souvent et de plus en plus longtemps et qui se sentent très mal quand il rate un jour de jogging, ils ressentent un manque.

Que faire finalement ?

Surtout dès l’arrivée du chiot, respectez ses temps de repos et jouez un peu avec lui quand il s’éveille naturellement. mais, s’il vous plaît, ne réveillez pas un chiot pour jouer, le montrer aux visiteurs etc… Cela revient à empêcher un jeune enfant de faire une sieste, il sera grognon, énervé ou excité, car dans un inconfort mental et physique qui le rendra hypersensible aux stimulations environnantes

Il faut

  • avant tout connaître les besoins de son chien et proposer différents type de dépenses (physiques, mentales) :
  • savoir que renifler fatigue plus un chien que la course alors que l’on croit que c’est une activité calme ;
  • savoir doser les temps d’activité : si vous proposez une grosse activité mentale et bien diminuez l’activité physique du jour (et inversement) ;
  • arrêter l’activité quelle qu’elle soit dès que le chien monte en excitation et lui proposer une activité de retour au calme (idéalement apprendre à voir le moment où cela va se produire pour pouvoir arrêter avant et du coup pas besoin de retour au calme): par exemple vous jouez à l’intérieur, dès que le chien s’énerve un peu trop, on stoppe et lui donne un stick à mâcher. Si c’est durant une balade et que vous vous arrêtez dans une prairie pour jouer au lancer de balle ou frisbee, dès que le chien monte en excitation on stoppe le jeu, on propose une petite recherche de friandises sur place et ensuite on reprend la balade en marchant très lentement pour que le chien profite pour renifler (et du coup se fatiguer quand même) et retombe en excitation ;
  • respecter son repos : Il est aussi important que les activités pour avoir un chien équilibré donc respectez le en apportant au chien un lieu de couchage dans un espace tranquille, en ne le réveillant pas pour tout et pour rien, en acceptant son non désir d’interaction avec son humain.

Y a-t-il des solutions ?

Oui tout à fait, cela se travaille avec l’aide d’un professionnel formé à des méthodes respectueuses du chien.

Il pourra aider le binôme dans l’apprentissage d’un retour à la sérénité, l’idéal étant de prendre de bonnes habitudes dès le départ pour ne pas en arriver là.

Lors de l’accueil d’un chiot/chien (où avant), si vous vous posez des questions concernant les besoins d’un chien, la gestion de son quotidien ou tout autre sujet, n’hésitez pas à appeler un professionnel qui pourra vous répondre, vous accompagner, vous conseiller. Il vous aidera à construire une relation harmonieuse basée sur le respect réciproque humain/chien et cela vous évitera de créer des problèmes comportementaux.

Choisissez un professionnel travaillant dans le respect du chien et utilisant des méthodes bienveillantes.

Type de dépenses mentales :

  • Jeux de flair (on cache des jouets ou friandises au jardin, dans la maison);
  • Tapis de fouille ;
  • Jeux interactifs ;
  • Kong (attention à la taille et il y a de nombreux modèles différents).

Types de dépenses physique :

  • Balades en longe (ou lâchée si c’est possible selon l’endroit et si le chien a un bon rappel), Balades en petit groupe (un nombre de chien trop important engendre de l’excitation et des risques de bagarres), Balades lentes (permet au chien de flairer) ;
  • Jeux de lancer (balle, freesbee…) mais attention l’instinct de prédation de certaine race pourrait être exacerbé par ce type de jeu. Il faut donc des séances courtes avec un retour au calme immédiatement après ;
  • Canimarche ;
  • Agility, Hoopers …

Types d’activités mixtes :

  • Apprentissage de tricks (tours divers) ;
  • Prioception …